© 2017 par Hélène & Martial

SUNTOY                    South Africa

Une rencontre inattendue et géniale!

Fraichement débarqués à Johannesburg, Martial a contacté Harald via LinkedIn pour essayer de le rencontrer. Il a répondu du tac au tac: " Avec plaisir! Vous pourrez visiter notre usine. Et pas de problème pour amener les enfants!"

Excellent! Nous voila donc en route pour visiter l'entreprise Suntoy et voir comment se fabriquent les Consol Solar Jar, ces jarres solaires qui sont partout en Afrique du Sud.

Le produit

Il s'agit de bocaux en verre transparents assez larges, qui se referment avec un couvercle qui se visse. Ils servent à conserver des aliments ou à mettre en scène des petits objets décoratifs. L'idée géniale a été d'intégrer dans le couvercle un petit panneau solaire photovoltaïque, qui recharge une mini- batterie située sous celui-ci. Quand le soleil disparait, un petit interrupteur permet d'allumer 4 diodes situées sous le couvercle et transforme la jarre en lampe solaire.

Le fondateur

Harald Schulz est un grand type d'une cinquantaine d'année, il nous accueille le sourire aux lèvres et les cheveux au vent. Il nous reçoit à l'arrière de son usine, dans une cour intérieure gorgée de soleil, de tables de pique-nique et de parasols.

Son histoire est étonnante: " J'ai d'abord travaillé dans la micro-électronique, puis comme représentant de la marque Bosch en Afrique du Sud. J'avais une bonne place, j'étais directeur, un bon salaire, une voiture de fonction".

Mais un lundi matin comme les autres, devant son écran d'ordinateur, il prend conscience  qu'il n'a pas envie de finir sa carrière de cette manière. "Je ne voulais pas continuer à travailler  pour une entreprise qui paie bien, qui fait du profit, mais où je n'accomplissais rien ni pour moi ni pour les autres". Il écrit sa lettre de démission sur le champ et la présente à son manager qui n'en croit pas ses yeux. Même chose pour sa femme quand il lui annonce la nouvelle le soir en rentrant. "Nous avions une maison, des enfants, elle tenait une petite galerie d'art dans un quartier de Jo'burg. J'ai tenté de la rassurer en lui disant que nous nous en sortirions, que je trouverais des solutions, mais je ne pouvais pas continuer dans un travail dénué de sens à mes yeux." 

Harald nous avoue qu'il ne savait pas du tout ce qu'il avait l'intention de faire. Absolument aucune idée. 

Passionné par les énergies renouvelables, il a commencé par vendre des jouets solaires pour enfants sur le marché aux puces le dimanche. Puis il a travaillé pour une ONG où il a développé un programme, destiné aux enfants, de sensibilisation aux problématiques énergétiques et à l'énergie solaire en particulier. "C'est un sujet qui me touchait particulièrement, car j'avais été dans le passé en contact avec une autre association et j'avais pu constaté les ravages que l'éclairage à la bougie provoque dans les régions rurales: incendie des habitations et brulures sévères des enfants".

Le Design

C'est alors que l'entreprise Consol, qui fabrique les bocaux en verre, entend parler de lui. "Ils m'ont contacté pour voir s'il serait possible de transformer leurs jarres en lampes solaires". Harald relève aussitôt le défi et développe la première jarre solaire, en bricolant un circuit imprimé connecté à un panneau solaire PV. " J'avais ensuite un problème pour éteindre et allumer la lampe, il me fallait trouver un interrupteur pratique et esthétique à mettre en place sur le couvercle". En discutant avec sa femme, il découvre qu'elle expose un artiste de rue qui réalise des œuvres en fil de fer. Les 2 se retrouvent des heures durant assis sur le trottoir devant la galerie à tenter de trouver un moyen d'allumer et d'éteindre les jarres solaires.

"Après avoir trouver une solution satisfaisante avec un aimant et du fil de fer, nous avons fabriquer tous les deux 400 de ces jarres solaires dans mon garage, et les avons disposer dans un magasin. En 2 semaines, elles ont toutes été vendues! C'était incroyable! Sans marketing, sans publicité!" Après ce succès, il propose à cet artiste de devenir son premier employé. A ce jour, il travaille toujours chez Suntoy.

L'entreprise

"Nous avons commencé dans mon garage. Aujourd'hui nous sommes installés dans ces locaux ici, et 66 personnes travaillent chez Suntoy. C'est pour moi la plus grande réussite: être en mesure de fournir un travail à tous ces gens".

Harald encourage ses employés à étudier, l'entreprise leur fournit une bourse qui leur permet d'étudier et d'obtenir le diplôme qui les intéresse. "Je les pousse à envisager leur passage chez Suntoy comme un tremplin  pour intégrer des entreprises plus importantes et évoluer dans leur carrière. Mais la plupart reste après avoir obtenu leur diplôme".

Harald est sur le point de lancer une deuxième version de son produit. Il souhaite le rendre plus petit, plus léger, plus facilement transportable et veut concurrencer directement la bougie. Il a donc désolidarisé le couvercle de la jarre. Celui ci peut maintenant se poser sur n'importe quel verre ou bouteille posé sur une table. Il nous fait cadeau de son tout nouveau produit et nous demande de le tester pendant notre voyage. Nous sommes honorés!

En voir plus
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now
Suntoy